Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présensation

  • : InZurractions
  • InZurractions
  • : Philosophie,vidéos, textes, Deleuze, Guattari, Freud, Lacan, Marx, Debord, Foucault, ,Spinoza, Leibniz, Derrida, agamben, Zizek, Latour, Stengers, Nathan, Malabou, Neyrat, Badiou, Rosset, Negri, Sloterdijk, Stiegler, Bergson, Bateson,révolution, communisme, écologie, éthologie, affects, gauche, lignes de fuite, déterritorialisation, pratiques, transversalité, schizo,Terre,Monde...
  • Contact

Modulactions

Philosophie,vidéos, textes, Deleuze, Guattari, Freud, Lacan, Marx, Debord, Foucault, ,Spinoza, Leibniz, Derrida, Agamben, Zizek, Latour, Stengers, Nathan, Malabou, Neyrat, Badiou, Rosset, White, Negri, Sloterdijk, Stiegler, Bergson, Bateson,révolution, cata-strophe, communisme, écologie, éthologie, forces, fidélité, ouvert, moléculaire, transindividuation, affects, gauche, hypomnemata, événement, lignes de fuite, anamnèse, déterritorialisation, pratiques, transversalité, schizo, Terre...

Reperches

Pensées par slogan...

Comment s'en sortir sans sortir?
sculpter l'air de l'ère délétère
en aucun cas la catastrophe n'épuise le sens du possible: cata-strophè...
le jeu est toujours un je avec le feu...métallurgie intensive
lucidité;ludicité
donner consistance au chaos
sans rien perdre de l'infini dans lequel la pensée plonge
dans ces phantômes pré-individuels
ma faim qui d'aucun fruits ici ne se régale
trouve en leur docte manque une saveur égale
devenir armé pour une polémologie de la hantise
par et dans une organologie pluriverselle
comment se dé-couvre par trans-formation
la clâmeur par ex-clamation de notre prothéticité
à la pointe de notre ignorance
palabres du poisson-volant
pour s'aimer-veiller
en z mineurs

 

 

Strates Temporelles

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 22:15


Les fuites d'Henri Laborit

Partager cet article

Repost 0
Published by Ruz - dans Otto Karl
commenter cet article

commentaires

otto karl 10/10/2009 03:23


Vous les avez comptés, les « moi » ? Car en effet il y a en trois de trop. Maladresse. Cela dit, mon mode d'expression postmoderne serait une bonne défense à elle seule. Encore que. (Je précise,
pour m'amuser, que l'un de mes livres-phares-nés est Ecce Homo, de Nietzsche,) Et pour vous aider à continuer de faire bon cas de mon travail, voici ma suggestion : lui réserver les mêmes faveurs
qu'aux autres, de ce genre, c'est-à-dire indiquer plus systématiquement d'où ça vient, peut-être, mais surtout : ne pas laisser croire que c'est la parole authentique des intervenants (les
pauvres...), sauf en cas de simple extraction, mais bien un détournement, c'est-à-dire une réécriture, ou alors un court-circuitage, c'est-à-dire une « quintessenciation », bref, en un mot, que
c'est toujours une réappropriation. Autrement dit peut-être, pour faire simple et rapide, l'idée serait de copier-coller précisément ce que j'indique sous mes vidéos (dailymotion et youtube - mais
nous n'allez pas sur youtube), comme vous le faisiez au début, je crois, car je précise sous presque chacune d'entre elles de quoi il en retourne : détournement, court-circuitage, extraction,
source, signature, etc.
Excusez d'en faire aussi long. Ces temps-ci j'ai pas la plume légère. (D'où, déjà, les trois « moi » de trop, qui ont laissé penser que... moimoimoi. Mais après tout, pourquoi pas. Ecce homo.)


Ruz 10/10/2009 12:08


Cher Otto Karl,

Bien entendu...

Joie et proliféraction


otto karl 08/10/2009 02:37


Décidément... Peut-être n'est-ce qu'une illusion, un malentendu, une paranoïa de ma part — ce que je peux bien croire —, mais vos récentes présentations de mes posts ME semble faire assez peu de
cas de leur signature, bref, de mon travail... de plusieurs semaines, en l'occurrence, pour arriver à faire dire d'une seule voix continue à laborit ce que je veux dire moi. Et ça vaut pour presque
toutes mes postréalisations. Je m'applique tellement à ce que le montage soit le plus fluide, invisible, aussi naturel, aussi organique que possible, que... me voilà paradoxalement un peu puni.
Alors, on parlera de détourneur détourné ! Pourquoi pas. Bien sûr.
N'empêche, je crois qu'on imagine mal, sinon très mal, et c'est un lot assez banal, mais encore méconnu dans mon cas (postmoderne), le (sur)travail que l'écriture demande, sur la moindre
demi-seconde, le moindre souffle, le moindre agencement, le moindre mot, détournés... Et si naguère j'ai salué chez vous la création d'une catégorie à mon nom, c'est que je pensais que, tout au
fait que vous êtes, vous aviez compris, assimilé, que cette manière d'expression est une nouvelle façon d'écriture tout aussi personnelle, dans mon cas, et méritante, que l'écriture littéraire, par
exemple. Simplement postmoderne — tel que je l'entends —, donc de détournement de matériaux expressifs préexistants, et encore largement incomprise en tant que telle.
En gros, je travaille à faire dire à des voix (et images) rapportées tout ce que je peux leur faire dire de ce que je veux dire, exprimer moi-même, au préalable ou de concert, et que j'exprime
d'ailleurs largement par ailleurs, en privé, oralement, parfois mieux, parfois moins bien que mes montages, mais toujours plus largement, plus relié, plus totalisant, de sorte que mes
interlocuteurs me reconnaissent le plus naturellement du monde une parole propre, là où mes montages peuvent apparemment laisser croire qu'elle n'y est pas tout à fait, tout autant. Alors pourquoi
persister dans cette forme ? Vous devinez sans doute en partie ma réponse. Reste aux gens, désormais, de s'y familiariser au point de comprendre à quel point ce mode d'expression, d'écriture
(audiovisuelle) de récupération et de réappropriation, peut s'avérer aussi profondément et authentiquement personnelle que les autres modes d'expression plus classiques — plus admis plus
reconnaissables et reconnus —, en tout cas pour ce qui me concerne.
Enfin, la suite que vous me demandiez, la suite de ce que vous intituliez « Thérapoélitique », portera justement sur ce sujet. En espérant pouvoir la publier bientôt, enfin. En pensant à vous.
Très cordialement.


Ruz 08/10/2009 09:00


Moimoimoi?
Cher Karl,
C'est avec grand plaisir que j'accueuillerais vos sugestions quant à une manière de "faire cas" de votre travail, que je salue.

Amitiés